Trucs et conseils

Êtes-vous un bon pilote?

Il y a un beau parallèle à faire entre être entrepreneur et être pilote. Lorsque vous êtes pilote et que vous désirez faire un voyage, atteindre une destination, vous devez planifier votre vol, les escales et les ravitaillements. Vous devez tenir compte des éléments externes comme la météo et des éléments internes comme le poids des bagages et le nombre de passagers. De plus, il y a plusieurs règles de base et de sécurité à maîtriser avant de pouvoir vous envoler. Il ne vous passerait jamais par l’esprit d’embarquer dans un avion et de tenter de le faire décoller, de vous envoler et d’atterrir quelque part sans d’abord faire l’effort de connaitre les rudiments du pilotage !

Pourtant, trop de gens démarrent une entreprise et espèrent atteindre les plus hauts sommets alors qu’ils n’ont aucune idée des rudiments de la gestion d’une entreprise! En fait, ils sont plusieurs à croire que ce qui fait le succès d’une entreprise, c’est l’idée initiale, le produit ou le service. Mais ceux qui ont connu le succès vous diront que ce n’est qu’une composante de l’équation, il y a beaucoup plus ! « Tout est dans l’exécution », diraient également Larry Bossidy et Ram Charan.

De mon côté, je répète souvent que l’une des plus grandes faiblesses des entrepreneurs en démarrage est qu’ils ne savent pas compter ! Évidemment, ils savent tous additionner, multiplier et soustraire, mais ce que je veux dire c’est que très souvent, ils ne connaissent que très peu de choses de la mathématique des affaires. Savoir compter pour moi englobe certainement une bonne compréhension des bases de la comptabilité. Mais même à ce chapitre, ils sont très nombreux à ne pas savoir lire leurs propres états financiers. Pire, parfois ils n’en ont même pas! La comptabilité est tenue sur Excel ou dans des fichiers maison et une comptabilité de caisse est souvent l’unique système de gestion.

Tout comme pour un pilote, il est possible de se limiter aux vols à vue. C’est-à-dire voler dans les conditions les plus simples : voir et éviter! Cela n’exige qu’un minimum d’instruments et impose au pilote des voyages où il n’y aura pas de nuages et où l’orientation se fait en se situant au sol. Ce type de vol est très limitatif et dépend beaucoup d’éléments externes comme la météo. Ce sont plus souvent qu’autrement, des vols de loisirs et de plaisirs, réalisés à bord d’aéronefs spécifiques pour ce type de vols. Mais quelqu’un qui sait piloter à vue ne peut tout de même pas piloter des appareils de ligne! Il ne peut faire de grands voyages, avec beaucoup de passagers et de bagages et ne pourra non plus atteindre de lointaines destinations à moins d’être seul et très aventurier!

Il en est de même pour l’entrepreneur. Il peut certainement démarrer son entreprise et la piloter « à vue ». Il peut se fier à son instinct, prendre des décisions avec le minimum d’informations et réussir à avoir beaucoup de plaisirs. Il peut même, avec plusieurs escales et un peu de chance, se rendre assez loin. Mais comme le pilotage à vue, il sera limité et ne pourra être accompagné de plusieurs équipiers. S’il veut aller plus loin, il devra faire comme les pilotes et apprendre à piloter aux instruments pour passer à la prochaine étape. Et piloter aux instruments signifie pour l’entrepreneur, apprendre à lire ses « cadrans », ses états financiers, son bilan, ses rapports de flux de trésorerie, etc. Et pour continuer à progresser, aller encore plus loin, l’entrepreneur tout comme le pilote devra maitriser les communications !

Je ne connais personnellement aucun grand entrepreneur qui soit incapable de lire ses états financiers. Il ne s’agit pas de devenir comptable, bien que pour les entrepreneurs en démarrage, ils n’ont souvent d’autres choix que de tenir eux-mêmes leurs livres. Il s’agit d’être en mesure de comprendre les informations que les rapports financiers fournissent afin de prendre de meilleures décisions. Et si vous croyez qu’il suffit de confier tout cela à quelqu’un d’autre, je vous dirais que c’est comme être aveugle et vouloir piloter! Difficile de prendre la responsabilité d’un vol de ligne si vous n’y voyez rien. Imaginez devoir vous fier à 100% aux autres qui vous fournissent leur propre interprétation de ces cadrans de contrôle…

En conclusion, un petit conseil d’ami pour tous ceux qui veulent démarrer leur entreprise et atteindre les plus hauts sommets : apprenez à lire vos cadrans de contrôle, apprenez à lire vos états financiers. C’est la base pour prendre de bonnes décisions.

Lire l’article en lien : Comment gérer des problèmes de liquidités

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Rejoignez notre communauté sans frais pour en avoir plus

Accès aux parcours d'apprentissage

Filtrez le contenu et marquez vos favoris

Accès à des guides d'aide et conseils

Continuez votre lecture

Merci à nos partenaires

Êtes-vous inscrit•e à la soirée du 7 juillet?

Inscrivez-vous rapidement en remplissant le formulaire ou cliquez ici pour en savoir plus