Trucs et conseils

En famille, en affaires. Comment ne pas faire déborder le verre?

Nos entreprises familiales sont un pilier majeur de l’économie du Québec. La famille et l’entreprise ont eu un destin totalement relié d’aussi loin que l’entrepreneuriat prend ses racines. Le focus actuel est clair : les familles en affaires doivent se préserver dans un monde complexifié et surtout très pressé.
 
Être dans les affaires avec un membre de sa famille exige de savoir mettre de l’eau dans son vin.

Cette expression médiévale qui suggère de rendre la situation moins enivrante et plus désaltérante est drôlement appropriée pour tous les gens associés en affaires, particulièrement lorsqu’ils proviennent d’une même famille ! Se calmer, s’assagir, se modérer, diminuer ses exigences, être tolérant…

Tous ceux et celles qui sont (ou qui envisagent être) dans les affaires avec une douce moitié, un frère, une sœur, un oncle, une tante, un parent, savent que la santé de l’entreprise est intimement liée à la qualité des relations qu’entretiennent ensemble les membres de la famille.

L’énergie entrepreneuriale se développe très souvent dans le nid familial. Elle émerge surtout d’un besoin de sécurité, d’appartenance ou de contribution, mais aussi d’une complémentarité entre les individus, d’une passion commune et de principes entrepreneuriaux forts et partagés.

Des têtes et un cœur

Entreprendre en famille demande de réfléchir et d’agir (ou d’agir et de réfléchir après pour certains !) dans un système complexe où se conjugue rentabilité et croissance, pouvoir et argent, amour et justice. Apprendre à traiter les sujets de tête au bon moment est plus évident, mais quand le cœur s’en mêle, ça brasse les affaires. Quel défi de savoir doser !

Les questionnements difficiles soulevés par l’entrepreneuriat familial sont essentiellement sur le plan humain. Ils viennent du cœur. Nous devons en prendre soin, grand soin.

Avons-nous un « deal » équitable comme couple? Comment améliorer ma communication avec mon père, ma mère? Ai-je le courage d’une « séparation d’affaires » avec mes frères et sœurs, avec mes parents? Comment effectuer une transition harmonieuse avec mes enfants? Est-ce que tout ce chaos émotif en vaut le coup?

Comment allez-vous sincèrement? Vous seul pouvez juger des effets et de la santé de votre partenariat familial.

Je vous propose 3 réflexes à intégrer pour ne pas faire déborder le verre.

1 • Démêler ses émotions pour mieux agir

Les émotions sont positives et négatives et elles transportent une tonne d’informations. Même les personnes les plus équilibrées ont des émotions négatives! Il existe plusieurs niveaux d’intensité et de variation qu’il vaut le coup d’évaluer pour ne pas toujours tomber dans les extrêmes. (Différencier contrariété et rancune, par exemple) Reconnaître et accepter les émotions qui oscillent nous permet de mieux agir.

2 • Gérer ses conflits pour ne rien laisser trainer

Tout ce qui traine se salit, comme dit le proverbe. Les événements et les actions en suspens ont tendance à nous nuire plutôt qu’à nous aider.

Toutes les familles ont des conflits et en auront encore! Ce qui importe, c’est de créer des mécanismes pour les gérer. Souvent revenir à l’essence suffit : respirer, écouter, dire ce qui nous préoccupe, écouter encore, exprimer son besoin, trouver des solutions, agir, apprendre de la situation. Dans d’autres cas, il s’agit de mettre en place des forums plus formels, comme un conseil de famille.

3 • Créer de l’équilibre pour se préserver sainement

L’équilibre parfait existe-t-il ? Nous apprenons plutôt à vivre avec les impacts et les enjeux des déséquilibres et les ajuster. Une dysfonction familiale affectera l’entreprise et vice-versa. Si l’emphase est davantage sur la famille, il y aura une possible détérioration du climat organisationnel avec des enjeux sur la performance, les décisions et les options stratégiques. Inversement, si l’emphase est sur l’entreprise, il y aura une possible détérioration du climat familial avec des enjeux sur la communication, l’identité, les émotions et le temps alloué à la vie de famille.

Mais attention… Nous dit Jules Renard :

À force de mettre de l’eau dans son vin, il n’y a plus de vin !

En cette période de réjouissances familiales et entrepreneuriales, levons notre verre à cet équilibre nécessaire qui nous fait du bien. Sur quel réflexe allez-vous travailler en 2019 ?

Lire l’article en lien : Travailler en famille : les clés du succès

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Rejoignez notre communauté sans frais pour en avoir plus

Accès aux parcours d'apprentissage

Filtrez le contenu et marquez vos favoris

Accès à des guides d'aide et conseils

Continuez votre lecture

Merci à nos partenaires

Êtes-vous inscrit•e à la soirée du 7 juillet?

Inscrivez-vous rapidement en remplissant le formulaire ou cliquez ici pour en savoir plus