Trucs et conseils

Rendements et investissements dans une entreprise privée… point de vue de l’investisseur

Pour mieux comprendre la décision d’investir dans une entreprise privée, il faut bien comprendre les enjeux reliés et surtout les alternatives disponibles. Si vous aviez le choix entre un rendement de 3% par année et un rendement de 35% par année, lequel prendriez-vous ? Mais si je vous disais que celui de 35% comporte un risque proportionnel de rendements négatifs importants, voire de perdre votre investissement au complet, votre décision serait-elle la même ?! Plus il y a de rendements, plus il y a de risques ! C’est la règle incontournable des finances. Risque et rendement sont liés l’un à l’autre comme des frères siamois !

Parmi les alternatives sans risques (ou presque !) disponibles pour un investisseur, il y a les obligations d’épargne. Celles du Québec et du Canada offrent des taux qui peuvent varier, selon certaines conditions, de moins de 1% à tout juste un peu plus de 3%. Plus vous vous engager à y laisser votre argent à long terme, meilleurs sont les rendements. Mais quand on calcule les impôts applicables sur ces rendements et qu’on compare les rendements nets avec le taux d’inflation qui frôle le 2%, on se rend rapidement compte que, d’année en année, on peine à faire du surplace avec ce type de placement ou pire, on s’appauvrit. Faites le calcul vous-même : 3% de rendements avant impôts, 1.5% après. Et les prix à la consommation qui ont monté de 2%… Pas beaucoup de chance de s’enrichir. Rappelez-vous : pas de risques, pas de rendements.

Une autre alternative est la Bourse. L’avantage est que celle-ci offre une grande liquidité dans vos placements. Vous pouvez les encaisser à tout moment, sur simple décision de vendre. Nous savons tous que les rendements à la Bourse sont potentiellement meilleurs, mais les risques rattachés sont beaucoup plus grands. Généralement, une bonne stratégie de diversification devrait vous permettre d’obtenir des rendements entre 6% et 10%. Peut-être plus même. Si la Bourse permet plus de rendements, elle comporte également plus de risques ! Rappelez-vous de la crise des marchés financiers en 2008…

Maintenant, imaginez un placement dans une entreprise privée. C’est une autre alternative disponible à l’investisseur. Mais celle-ci est beaucoup plus contraignante. Généralement, il faut s’impliquer personnellement dans la gestion de cet investissement. Les actionnaires sont souvent responsables des dettes et de certains engagements légaux. De plus, l’argent investi ne peut être retiré sur simple demande comme à la Bourse. Il faut attendre qu’un acheteur se manifeste ou que l’entreprise soit suffisamment riche pour racheter les actions ou faire financer le rachat. Ces contraintes à elles seules exigent un rendement beaucoup plus important de la part d’un investisseur.

Mais par-dessus tout, il faut aussi tenir compte des possibilités de croissance de l’entreprise. Combien de profits va-t-elle générer au cours des prochaines années? Est-ce que ceux-ci seront assez grands pour que l’entreprise puisse décider d’en verser une partie aux actionnaires sous forme de dividendes? Est-ce que cette croissance des profits viendra justifier une appréciation importante de la valeur de l’entreprise? Et cette valorisation, est-ce que quelqu’un pourra la payer? Pourrons-nous en vendre une partie sur les marchés publics? Toutes ces questions et beaucoup d’autres sont des risques que l’investisseur prend quand il investit dans une entreprise privée. Et qui dit risques importants, dit rendements recherchés plus importants!

Voilà pourquoi un investisseur qui investit dans une entreprise recherche un rendement important. Comme n’importe quel investisseur, il est pleinement conscient qu’il y a de grands risques à investir dans une entreprise privée et cherche justement un rendement proportionnel à ce risque. Normalement, s’il investit 100,000$, il cherchera un rendement minimum de 30% à 35%, voire même 50% par année. Ainsi, après 2 ou 3 ans, son investissement aura doublé en valeur. Mais malgré cette appréciation importante de la valeur de son placement, il ne pourra probablement pas l’encaisser. Il devra attendre un événement de liquidité (quelqu’un qui voudrait acheter l’entreprise ou ses actions) ou espérer que l’entreprise soit assez riche pour racheter ou financer le rachat d’une partie de ses actions. Il y a de fortes chances qu’il soit « coincé » dans cet investissement pour plusieurs années, d’où son désir de s’assurer que l’entreprise pourra demeurer en vie longtemps.

Tous les investisseurs vous le confirmeront. Investir dans une entreprise privée est risqué. Et investir dans une entreprise en démarrage est encore beaucoup plus risqué. Et parce qu’il existe des alternatives beaucoup moins risquées, l’investisseur qui choisit de placer son argent dans une start-up le fait à condition que les rendements soient proportionnels aux risques qu’il prend. J’espère que vous comprendrez mieux maintenant pourquoi les investisseurs recherchent des projets aux possibilités de croissance importantes et, surtout, aux possibilités de récupérer leurs investissements rapidement. Plus il y a de risques, plus les rendements recherchés sont importants.

Lire l’article en lien : Start-ups : deux points à retenir avant d’approcher des investisseurs potentiels

Partager :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter

Rejoignez notre communauté sans frais pour en avoir plus

Accès aux parcours d'apprentissage

Filtrez le contenu et marquez vos favoris

Accès à des guides d'aide et conseils

Continuez votre lecture

Vidéo

Découverte pour entrepreneur•es – Les OKR avec Mathieu Allaire

Fondée en 2015, Agendrix est une entreprise qui développe un logiciel de gestion d’employés (et l’un de nos partenaires) ! L’entreprise compte aujourd’hui plus de 100 000 utilisateurs répartis dans 10 000 lieux de travail. Récemment, Agendrix s’est classée au 91e rang des entreprises canadiennes à forte croissance avec une croissance de 642 % en 3 ans !

En voir plus »

Merci à nos partenaires