Trucs et conseils

La méthodes des multiples pour déterminer la valeur d’une entreprise

Tôt ou tard dans la vie d’un•e ou d’un entrepreneur•e, viendra un moment où vous devrez vous prononcer sur la valeur de votre entreprise. Par exemple lorsque vous voudrez mettre en place un plan de rémunération avec options d’achat d’actions pour vos employés clés. Ou si vous voulez ajouter un ou plusieurs actionnaires dans l’entreprise. Ou encore en sollicitant un investissement en capital en vendant des parts à un ou un investisseur externe.

Bref, déterminer la juste valeur marchande de votre entreprise est une des habiletés requises pour la faire passer au prochain niveau. En effet, quel est donc ce prochain niveau si dans les faits, vous n’êtes pas en mesure d’établir adéquatement votre position de départ ? Comment saurez-vous si le jeu en vaut le coût si vous ne pouvez pas déterminer combien de valeur vous allez créer ou que vous avez créée dans le temps ? Voici un survol rapide de quelques méthodes pratiques pour arriver à attribuer une valeur pour votre entreprise qui soit défendable. Notez que je ne ferai que survoler ces méthodes sinon, ça prendrait 30 pages pour bien expliquer toutes les nuances.

RISQUE = RENDEMENT

La première notion de base que vous devez maîtriser pour être en mesure d’évaluer la valeur économique d’un investissement dans le temps est la suivante : plus il y a de risques dans un placement, plus vous voulez du rendement. Bien sûr, il y a une solide logique derrière cette conclusion mais je ne vais pas la démontrer. Retenez simplement la conclusion : grands risques = rendements attendus importants. Petits risques = rendements attendus plus faibles. Votre travail est donc de déterminer le risque futur et le rendement anticipé rattaché.

LE RENDEMENT ATTENDU

On dit qu’un placement dans une entreprise privée est relativement risqué. En fait, il y a plusieurs explications bien rationnelles pour arriver à la conclusion que je vais vous présenter dans quelques instants. Mais allons-y simplement avec le gros bon sens. Prenons le resto le plus vieux mais encore le plus populaire de votre quartier. Si vous achetiez des actions dans cette entreprise privée, en combien de temps voudriez-vous récupérer votre argent ? En moyenne, en trois ou quatre ans, peut-être cinq au maximum. Ainsi, si vous mettiez 100,000 $ en actions dans ce restaurant, vous aimeriez que ce rendement vous génère 100,000 $ en gains, dans vos poches, disons dans les 4 prochaines années. Le rendement attendu serait donc de 100,000 / 4 ans = 25,000 $ par année ou 25 %. Ça fait plein de bons sens et c’est simple à comprendre! Si le resto est plus risqué, vous aimeriez peut-être mieux récupérer votre argent plus rapidement, en 3 ans disons. Alors 100,000 / 3 ans = 33,333 $, soit 33.33 % de rendement attendu. Vous me suivez ?

LA MÉTHODE DES MULTIPLES

La méthode des multiples est appuyée sur ce calcul un peu simpliste du rendement attendu qu’un acquéreur/investisseur voudrait logiquement faire en achetant des actions de votre entreprise. Ce qui est bon pour les autres doit aussi être valable pour vous ! Comme vous souhaitez donc récupérer votre investissement en quatre ans, disons, alors votre entreprise vaut le total des dividendes qu’elle pourrait vous verser au cours des 4 prochaines années. Cette somme est donc le montant que vous seriez prêt à investir pour le récupérer en 4 ans.

Prenons l’exemple du vieux resto populaire. Il génère, disons 125,000 $ de bénéfices nets par année, et ce depuis les 8 dernières années. On peut facilement anticiper qu’il continuera dans cette veine pour les 4 prochaines. Et si vous voulez récupérer votre investissement sur ces 4 prochaines années, c’est donc dire que vous pourriez acheter cette entreprise au multiple de 4 fois ses bénéfices nets, soit 4 x 125,000 = 500,000 $. Ainsi, année après année, l’entreprise vous verse des dividendes de 125,000 $ tirés de ses bénéfices d’exploitation et vous êtes ravi ! Au bout de 4 ans, vous le vendez à quelqu’un d’autre pour le même montant que vous l’avez payé et vous avez fait le rendement que vous vouliez. Au pire, si l’entreprise ne valait plus rien, vous auriez quand même récupéré votre argent.

Vous me suivez ? De façon très simpliste, disons que le multiple des profits de l’entreprise détermine donc sa valeur, en partie. Si ces profits sont stables, on peut parler d’une valeur normale évaluée entre 3 et 5 fois les bénéfices avant impôts, intérêts et amortissements (BAIIA). Si les profits de l’entreprise sont très risqués dans l’avenir, alors on veut se protéger et récupérer son investissement plus rapidement. Un ou deux années, peut-être même moins. Donc, un multiple de une ou deux fois les BAIIA. Si au contraire, elle est en forte croissance, on sait donc que les bénéfices vont augmenter significativement dans le temps, on peut être prêt à payer beaucoup plus cher. Des multiples de 7, 8x et souvent des multiples mêmes qui pourraient paraître déraisonnables de 40-50 fois les bénéfices ! Et même encore plus !!

Même si cela peut paraître fou, la logique est toujours la même. L’investisseur veut récupérer son investissement dans une période de 3 à 5 ans environ. Mais comme les bénéfices sont en très forte croissance, c’est donc dire que si j’additionnais ceux-ci pour les trois prochaines années, j’aurais un montant beaucoup plus élevé que si les bénéfices étaient stables, non ? Prenons notre vieux resto. Au lieu de 125,000 $ par année pour les 4 prochaines, disons qu’il fera 125k $ cette année, mais que ses profits vont doubler pour les années suivantes. Ainsi, an 1 = 125k $, an 2 = 250k $, an 3 = 500k $ et an 4 = 1M $. Le total des BAIIA de ces 4 ans serait de 1,875k $. Alors l’entreprise pourrait valoir, dans un tel scénario, un multiple de 15 fois les BAIIA de l’an 1. C’est souvent la logique derrière les valorisations des entreprises en technologies. Les fortes croissances anticipées des revenus de ces entreprises font gonfler les multiples de valorisation selon une logique apparente à celle que je vous ai décrite.

Mais il n’y a pas que les profits futurs qui entrent dans le calcul de la valorisation de l’entreprise, il y a aussi la valeur du bilan. Et pour faire cela rapidement, on n’étudie pas le bilan de long en large, on ajoute simplement la valeur de l’argent libre de dettes. Ainsi on additionne les soldes des comptes de banque, des recevables courts termes et on soustrait de cette somme l’ensemble des dettes. Un peu grossier comme calcul de la valeur du bilan, mais pour beaucoup de petites et moyennes entreprise, cette méthode est tout à fait valable.

Ainsi, la méthode des multiples se définit comme suit : un multiple des BAIIA (généralement entre 3 et 5) + le cash – les dettes.

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Rejoignez notre communauté sans frais pour en avoir plus

Accès aux parcours d'apprentissage

Filtrez le contenu et marquez vos favoris

Accès à des guides d'aide et conseils

Continuez votre lecture

Merci à nos partenaires

Êtes-vous inscrit•e à la soirée du 7 juillet?

Inscrivez-vous rapidement en remplissant le formulaire ou cliquez ici pour en savoir plus